Bien être

Le courage du coeur

Lorsque vous dites “Courage! Moi j’entends : de quoi as tu peur? Car je vois bien que je mobilise mon courage que lorsque j’ai peur. L’adrénaline monte, je suis sur la défensive parce que je me sens ignorée, surtout si cette ignorance ressemble à un manque de respect ou pire du mépris.
Je n’ai pas manqué de courage lorsqu’il a fallu m’affirmer comme femme indépendante, non conformiste, avec toujours la priorité: “ qu’est-ce qui est bon pour moi?
Mais le terrain a été vite miné, jonché de cadavres et de relations familiales, amicales, des amours dégradés par le rapport de force. Jusqu’au jour où j’ai compris que pour éviter “le courage de la guerre, qui sert à défendre son existence, il valait mieux mettre en place à l’intérieur de moi, les changements que je souhaitais obtenir au dehors. Mes combats sont dès lors, contre moi, mes faiblesses, mes noirceurs, mes peines et mes tristesses propre au voyage de la vie. Plus personne à accuser, mais plus grand monde, non plus avec qui me réjouir. Mais j’ai compris que le seul combat qui évite le courage de la tristesse est celui de la joie. Courage et Coeur, commence par la même lettre.
Alors je me suis déclarée la paix. A l’horizon un nouveau champ de bataille : celui des mots pour apprendre à exprimer la beauté de l’amour, comme l’écrit François Cheng, l’éternité n’est pas de trop pour apprendre à dire : “Je t’aime!
Je commence par pratiquer la clause première de mon traité de paix : M’ouvrir à l’impudeur du coeur sans laquelle les déclarations d’amour sont si mal dites. Je cultive mon courage de la joie et mon engagement à déposer mes chaînes.
C’est fou combien il est devenu facile aujourd’hui de participer à des stages, d’aller voir un psy, et tous les thérapeutes divers, pour se mettre à nu, nettoyer les blocages émotionnels, en groupe ou seul. Comment et où apprendre à dire : Je t’adore, ça me plaît, tu es formidable, je suis bien, la vie est belle, tout va bien. Dans l’enfance? A condition que la vie familiale est été épanouissante. Souvent nos parents traînaient tellement de casseroles, qu’ils retransmettaient à leurs enfants, leur mal être.
Et maintenant, si on s’exerçait à dire “je t’aime” à la vie chaque matin? Un heureux d’avoir un jour de plus à partager avec toi” clairement exprimer à son ou sa chérie, à ses enfants. Un émerveillement exprimé à la nature, à la Terre et au ciel.
Courage donc. Ouvrez votre coeur et comptez le nombre de fois où vous dites je t’aime, sous une forme ou une autre, au long de la journée et se battre contre la passivité.
En attendant de savoir dire “je t’aime”, gardez l’espoir dans le coeur, que l’éternité est devant soi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s