Qu’est-ce être conscient du moment présent?

La conscience du moment présent est un état d’être et non pas quelque chose que nous sommes en train de faire. La définition la plus simple est : être pleinement conscient du moment dans lequel chacun se trouve ou être présent dans l’instant.

L’accent est mis sur l’Être que nous sommes dans notre expérience de vie lorsque nous accordons toute notre attention à l’instant.

Lorsque notre expérience est empreinte de gratitude, c’est un indicateur fiable que nous sommes bien dans la conscience du moment présent, peu importe à quel point l’expérience nous paraît confortable ou non à ce moment là.

Lorsque nous parlons de gratitude, nous ne parlons pas du genre de reconnaissance basée sur la comparaison, comme le sentiment d’être reconnaissant parce que nous sommes en meilleure santé ou que nous sommes plus riches qu’un autre.

Ce n’est pas non plus le genre de gratitude qui provient du fait que la vie se déploie comme nous le voulons et que tout est facile.

C’est plutôt une gratitude qui n’a pas besoin de raison d’être – la gratitude pour l’invitation, pour le voyage et pour le don de la vie elle-même.

Lorsqu’il y a absence de gratitude envers la vie elle-même, c’est que nous nous sommes éloignés du présent pour entrer dans un état mental illusoire appelé « le temps ».

Dans le monde du temps, c’est un défi de ressentir de la reconnaissance car rien ne semble se dérouler de la manière dont nous «pensons» que cela devrait se faire.

Le passé détient ses regrets, l’avenir détient sa promesse d’une amélioration, alors que le moment présent nécessite une adaptation continue.

Par conséquent, nous passons nos moments éveillés à réfléchir sur ce qui n’a pas fonctionné dans le passé et à planifier les ajustements pour obtenir la belle vie auquel nous pensons avoir droit.

Du fait que ces ajustements sont orientés vers un «lendemain meilleur», nous avons oublié comment vivre un aujourd’hui qui ait du sens. En conséquence, l’expérience que nous vivons dans l’instant est simplement considérée comme un moyen que justifie la fin.

N’ayant pas accès à une expérience différente avec laquelle nous pourrions comparer notre situation actuelle, vivre sans donner du sens à l’instant nous paraît normal.

En vivant de cette manière, nous jouons systématiquement à saute- mouton avec le présent. Même si le passé est passé et ne peut être modifié et que l’avenir ne s’est pas encore manifesté, nous choisissons d’occuper notre mental avec des illusions et des à priori plutôt que d’entrer et d’expérimenter pleinement le seul moment dans lequel nous nous trouvons de manière réelle, là maintenant.

Nous pensons que nous vivons, mais en fait, nous existons à peine. Nous croyons que nous allons de l’avant, mais en réalité nous tournons en rond. Tout est regardé par le «filtre» de notre mental. Ainsi, l’expérience d’être physiquement présents et émotionnellement équilibrés est sacrifiée.

à suivre

source : processus de la présence

L’univers est il bienveillant?

Lorsque vous comprenez que la nature de toute chose est bonne, que tout est bien, vous n’avez plus besoin de vous poser les quatre questions.

Est-ce que c’est vrai ?

Est-ce que je suis certaine que c’est vrai ?

Quelle est ma réaction, que se passe t-il si j’ai cette pensée?

Qui ou que serais je sans cette pensée?

et d’y trouver les réponses.

Einstein aurait dit un jour que la seule question à se poser est : L’univers est-il bienveillant?

En 2006, je me suis réveillée en répondant « Oui! », alors que j’ignorais la question.

Simplement, après un accident de télésiège et pensant rester paralysée, j’ai compris tout d’un coup que l’univers tout entier était bienveillant.

Les quatre questions et les réponses apportées sont le chemin intérieur qui permette de comprendre. Chaque fois que vous ne comprenez pas, posez vous ces questions et chercher les réponses, ainsi vous vous ouvrirez à votre propre nature bienveillante.

Source Byron Katie

La voix libérée

Même si tu n’as pas été élu
Tu peux décider d’être le vainqueur.
Ta ou ton collègue de bureau a repoussé tes avances
Ton danseur d’un soir t’a lâché avant minuit
Tu n’as pas été élu par ton quartier, ta ville, ta région,
Tu n’iras pas diner ce soir à la Mairie…
C’est ainsi…
Sois l’élu. Quoi qu’il en soit !
L’élu de ta vie et de ton coeur qui t’aime. Qui se bat pour toi.
Soit l’élu de tes journées. L’élu de chaque instant.
Chaque matin vote pour toi !
Car si tu ne le fais pas qui le fera ?
Je me suis souvent engagée à tort ou à raison.
Souvent j’ai voulu avoir raison et la vie m’a donné tort.
J’y ai cru, je me suis trompée et j’ai grandi.
J’ai appris que ce que j’avais pris pour une sanction
était un message caché de l’amour
pour me dire : « Eh! t’endors pas!… Bouge de là !»…
Je ne suis ni arrogante, ni folle, ni délirante
même si je te dis que chaque jour je vote pour moi.
Mais si je ne le fais pas, qui le fera pour moi ?
Et tanpis pour les gamelles, les râteaux, les peaux de banane…
Je dis Merci et je danse dans ma tête
Mon seul parti est celui de décider de ma vie.
Le parti d’en rire aujourd’hui plutôt que d’en pleurer demain.
Et si ça ne prête pas à rire, j’essaie d’en sourire,
ou de partager, de remercier, d’être bien.
Tous les jours je vote pour moi
Et comme je vote à bulletin secret j’ai parfois la bonne surprise
de faire l’unanimité en moi.
Alors je sors dans la rue les mains dans les poches.
Je marche au milieu des voitures en défiant les façades.
Je suis le grand Mamamouchi et le roi n’est pas mon cousin…
Quel que soit ton parti ne prends pas le parti de l’ombre.
Marche dans la lumière. Affirme fort qui tu es.

Sources Jean Sommer – La voix libérée

A l’écoute de notre coeur

Parfois nous faisons des choix en fonction de notre peur de ne pas avoir assez ou de ne pas être comme ceci ou cela. Nous n’écoutons pas suffisamment notre coeur, car lui ignore nos craintes.

Chaque jour, au travail, à la maison ou au supermarché, nous sommes confrontés à des choix. Notre tête nous demande de choisir le chemin le plus court, le plus efficace, celui qui nous délivrera le plus vite de ne pas avoir assez.

Votre coeur vous demande de lâcher prise, de regarder au delà des choses. Au supermarché, voyez le monde qui se cache derrière un paquet de café, ou une botte de carottes, visualisez les hommes et les animaux, leur mode de vie. Votre choix aura un impact positif ou négatif sur leur condition. Car votre coeur est également un lieu de connexion et de compassion.

 

Par votre coeur, vous saurez que tout ce qui vit est interconnecté. Vous faites partie d’un grand tout, de quelque chose de fantastique qui dépasse votre propre entendement, que tous les êtres ont droit à une vie digne.

Lecture: Nietzsche, Curt Paul Janz, Gallimard 1978-1979 (T 1,2,3)

Nietzsche a été accusé d’introduire le relativisme dans la société occidentale, en niant le bien et le mal. A cet égard, il aura été incompris et maltraité par l’enseignement de la philosophie. Lui voulait mettre en garde l’humanité contre les conséquences effroyables de la « mort de Dieu », c’est- à- dire, chez lui, de la morale. Dans Ecce Homo, notamment, l’un de ses derniers livres autobiographiques, juste avant son effondrement, il prédit une apocalypse sans fin de l’humanité si son message de mise en garde n’est pas entendu. Maxime Tandonnet – Quelle actualité!

Maxime Tandonnet - Mon blog personnel

912gm3rq-7l__ac_ul320_sr190320_A chacun sa manière de s’élever au-dessus de l’infinie médiocrité de la période actuelle. La lecture de la biographie géante de Friedrich Nietzsche (1600 pages en trois tomes), m’a apporté le plaisir indicible de l’évasion par la connaissance et l’intelligence. Il est bien entendu impossible de résumer un tel ouvrage en l’espace d’un billet. Ici, je me contenterai de noter quelques sensations issues de cette lecture.

L’homme est profondément attachant, on aimerait avoir eu le bonheur d’échanger avec lui 5 minutes, pendant ses promenades sur les rives du lac de Sils Maria, à la frontière de la Suisse et de l’Italie.

Il est né en 1844, d’une famille de la petite bourgeoisie prussienne, dans la région Leipzig. La perte de son père, pasteur, à l’âge de 4 ans, représente pour l’enfant d’une sensibilité hors du commun, un immense traumatisme dont il ne va jamais se remettre. A 17 ans, il quitte sa…

View original post 1 242 mots de plus

Paroles de la majorité silencieuse

Il nous reste la prière pour qu’une nouvelle conscience se manifeste. Nous assistons au triste spectacle des chacals et des hyènes, au spectacle de ses petits sujets avides de pouvoir. Comme vous l’avez dit la dictature de la crétinerie.

Maxime Tandonnet - Mon blog personnel

images (3)Le site a pris depuis le début de l’année une autre dimension. Sa fréquentation était jusqu’alors de 1000 à 2000 visites quotidiennes. Elle est désormais de 5000 (minimum) à 20 000 par jour (22 000 les 28 et 29 janvier). L’approche des élections explique cet intérêt mais aussi le climat extrêmement délétère qui pèse sur le pays. Il traduit peut-être la quête d’un lieu de discussions sans outrances, ni haine ni violence verbale, de repères dans la tempête, un besoin de calme et de modération dans la folie collective qui embrase le monde politique et médiatique. J’en remercie tous ceux qui y contribuent et je souhaiterais reprendre ici trois jolis textes, parmi d’autres (mais impossible de tout reprendre) qui témoignent de ce sentiment, envoyés parmi les commentaires ou sur l’adresse de messagerie rattachée au blog, qui m’ont beaucoup touché. Bien amicalement.

……………………………………………………………………………………………………………………….

Aymoin, écrivait en l’an 1000, l’événement suivant: la nuit même qui suivit les noces de Basine desans-titre Thuringe…

View original post 1 511 mots de plus

Guérir son âme ou le contrôle de ses pensées.

15027963_612904822248040_1110492777139657250_n

Nous avons assez peu de pouvoir sur toutes nos pensées qui ne sont pas cadrées par un raisonnement ou par une activité extérieure. Nous pouvons tenter de les orienter ou ne nous en éloigner, mais rarement plus. Et en situation de stress, de préoccupation importante, et lors de la présence de certaines fortes émotions, il peut devenir impossible d’avoir le contrôle sur la situation.

Personne, dans l’enfance, ne peut dire n’avoir jamais reçu un enseignement pour apprendre à penser.

Les mathématiques, la philosophie, les dissertations, par exemple, nous apprennent à réfléchir, à effectuer des raisonnements, chacun dans un cadre précis.

Or la pensée n’est pas composée que de raisonnements. Elle est bien plus souvent occupée par des observations, mais surtout par des jugements et des croyances, des interprétations, voire parfois des ruminations, pensées obsessionnelles ou ritournelles.

Avoir le contrôle sur ses pensées, c’est ignorer les croyances que l’on se fait sur quelque chose ou sur quelqu’un. C’est aussi refuser d’entretenir tout sentiment, toute pensée, toute métaphore, toute question ou tout mot négatifs.

Il faut savoir qu’il est possible de bien gérer nos pensées pour faire en sorte de n’accueillir en nous que celles qui font du bien en matière de santé.

Il est capital de réaliser qu’on peut écarter les pensées qui sont négatives. Lorsque de telles pensées se présentent à l’esprit, on peut immédiatement les éloigner en les remplaçant par d’autres plus positives.
La personne qui prend ainsi l’habitude de bien gérer ses pensées, sera évidemment beaucoup moins affectée par les pensées négatives. Même si celles-ci se présentent souvent, le fait de les écarter immédiatement et systématiquement ne leur permet pas d’exercer une emprise sur nous.

C’est en ce sens qu’on peut dire qu’il est possible de contrôler adéquatement nos pensées. Il suffit de leur prêter une attention soutenue et éclairée.

L’individu qui exerce un bon contrôle de ses pensées, voit nécessairement sa santé s’améliorer.

Un tel contrôle lui évite de nombreux stress inutiles. L’individu parvient ainsi à mieux digérer, à mieux assimiler, à mieux éliminer, à mieux récupérer et à mieux mobiliser son pouvoir d’autoguérison..

Au lieu de perdre de précieuses énergies en se laissant envahir par des pensées négatives, il dispose d’une énergie supplémentaire qu’il peut consacrer à diverses fonctions vitales.
Nos pensées, nos impressions, nos sentiments, nos émotions devraient toujours être orientés vers ce qui est bon, ce qui est bien et ce qui est beau.

Nos pensées doivent nous diriger vers l’amour, l’harmonie, la sérénité et le bonheur. En contrôlant dans ce sens la qualité de nos pensées, nous ne pouvons qu’en récolter les bienfaits.

Les personnes qui désirent jouir d’une bonne santé, doivent donc bien gérer leurs pensées, leurs impressions, leurs sentiments et leurs émotions.