A comme amour

Tant de mots différents pour nommer l’amour ! de l’amour physique, qui se dit « connaître » en hébreu, à l’amour de Dieu qui se dit « penser » !

Aimer : C’est être amoureux de la vie, de l’ Homme, du savoir, de l’avenir et surtout de l’amour ! Parce que tout ce qui existe ou existera vient de Dieu ou de l’homme (sa création) et donc doit-être autant aimé que Dieu.

Parce que toute découverte est une façon de se rapprocher de la compréhension de ce que Dieu a voulu faire ; parce que toute relation humaine, toute tendresse est divine ; parce que l’homme a reçu l’ordre de s’aimer lui même : « Tu aimeras ton prochain comme toi même! ce qui veux dire qu’il est impossible d’aimer les autres si on ne s’aime pas soi-même. « Si vraiment tu aimes Dieu, cela se reconnaît à ton amour des Hommes « ,

L’amour enphilosophie est souvent décrit comme un sentiment dont il faut se méfier,soit parce qu’il est illusoire et fait souffrir, soit parce qu’il nous détourne d’autres idéaux à atteindre (la sagesse, la vertu…).

Pour Jean-Jacques Rousseau, « l’amour n’est qu’illusion ; il se fait pour ainsi dire un autre univers, il s’entoure d’objets qui ne sont point (…). » Il faut se méfier de la passion qui est contradictoire et ne mène jamais au bonheur qu’elle promet.

Pour Kant, l’amour est le plus grand danger qui nous guette, car il entre en contradiction avec la morale. Le philosophe, qui a vécu en accord avec ses principes, n’a jamais dérogé à sa devise « Agis toujours de telle manière que la maxime de ton action puisse être érigée en loi universelle ».

Heureusement, l’amour est présenté sous un jour plus favorable chez d’autres penseurs, à commencer par Platon.

Platon (427-348 av. J.-C.) est l’un des premiers à s’être intéressé à l’amour en philosophie. Dans Le Banquet, il raconte un mythe resté célèbre. A l’origine, l’homme était une sphère, mais Zeus nous a coupé en deux. Depuis, nous errons de par le monde à la recherche de notre moitié perdue.

Spinoza dans son Éthique donne aussi une définition de ce sentiment : « L’amour n’est autre chose que la joie, accompagnée de l’idée d’une cause extérieure ».

Pour Comte-Sponville, l’amour véritable (qui n’est pas égoïste mais qui aime l’autre pour ce qu’il est) se confond avec la sagesse. Il écrit : « Il s’agit d’apprendre à vivre, à jouir, à se réjouir, c’est-à-dire d’apprendre à aimer

H comme heureux

J’ai appris

Il reste qu’il peut sembler plus facile d’être normal que d’être Heureuse.

Et, sans sombrer dans la paranoïa, rapidement et sereinement je peux constater l’intérêt que beaucoup de pouvoirs ont à pousser à la normalité.

C’est tout simplement un cercle vicieux ; plus la norme est représentée, plus elle est puissante, et plus cette pression rend l’émancipation difficile.

Ainsi, une des grandes difficultés faisant obstacle au Bonheur est donc la gestion de cette pression sociale.

De là à imaginer des sociétés différentes, indépendantes, basées sur le respect des individus plutôt que sur une morale normative, il n’y a qu’un pas.

Un pas que chacun est libre de franchir ou pas.

Par définition, et cela n’engage que moi, moins il y aura de gens normaux et moins la norme aura de sens.

Ce repère majoritaire ne saurait exister s’il devient minoritaire.

Ainsi, s’il est vrai qu’il peut paraître difficile d’être Heureux, c’est cependant simple.

Et pour changer la société vers plus de Bonheur, c’est donc tout aussi simple :

il suffit d’être Heureuse. J’ai fait mon choix !H

R E L A T I V I S E Z

Un psychiatre américain a écrit un livre (qui n’existe plu) qui s’appelait « faites votre malheur vous-même » Il expliquait comment à partir d’un lacet mal lacé le matin certaines personnes parvenaient à gâcher toute leur journée…
Relativisez vos difficultés sinon vous allez perdre une grande quantité d’énergie pour des choses insignifiantes et vous n’en aurez plus pour les choses importantes

Pendant que je vous écris des personnes sont en train de mourir de faim, d’autres
sont torturées ou vivent un drame épouvantable …
Croyez-vous que votre lacet mal lacé, ou le message que vous recevez dans
votre boite mail, ou la personne qui vous fait une remarque désagréable
soit si grave que ça ?
« Si vous êtes si facilement ‘blessable’ c’est parce que vous vous prenez
trop au sérieux »!

Riez de tout cela, mettez de l’humour dans votre vie et vous grandirez soyez en sur
Quand vous vous ferez du mal inutilement pour des choses sans importance rappelez-vous cette phrase :

« Ne vous prenez pas trop au sérieux de toute façon vous ne vous en
sortirez pas vivant »

LE MOUVEMENT EST LE PRINCIPE DE TOUTE VIE

21-22-23

The Robot Girl

J’écris moins qu’avant, c’est indéniable.

Je l’ai souvent dit ces derniers temps, globalement, ça allait mieux. Dans ma vie privée en tous cas. J’ai tracé le chemin que j’avais à tracer, je ne regrette pas mon chemin amoureux même s’il a été douloureux.

Et pourtant il s’agissait de construire une histoire d’amour avec toute la romance et tous les papillons que cela comporte. Mais chez moi ça s’est révélé beaucoup plus hasardeux et conflictuel que prévu. Ce fût un combat, pour faire accepter mes valeurs, pour que l’amour nous transcende vraiment, et que le couple ne vire pas à la cohabitation rapide et ultra connectée, vide de sens.

Je plains franchement la jeune génération qui vit dans les méandres de l’ultra consommation et du monde virtuel. Sans en faire débat, cela m’inquiète.

J’ai la sensation cependant, d’avoir touché le ciel, un moment.

Cela nous a mené vers la décision de…

View original post 397 mots de plus

L’état émotionnel négatif, un poison.

Dans son livre, Don Miguel Ruiz compare l’état émotionnel maladif de l’ensemble des humains à une maladie de peau qui rendrait tout contact entre eux douloureux, et où chacun souffrirait des plaies infectées. Si nous souffrions tous de tels problèmes de peau, nous ne supporterions plus de nous toucher, nous caresser ou de nous serrer dans les bras l’un de l’autre. Or c’est ainsi que nous fonctionnons émotionnellement.

Nous sommes tous blessés, habités par des croyances et jugements erronés, et par beaucoup de poison émotionnel, et cela nous mène à fausser nos relations, agresser sans cesse, et comme tout le monde est concerné, nous croyons que c’est tout simplement normal. La plupart des humains croient contrôler leur vie, mais en fait ce sont leurs émotions qui les contrôlent.

Il ne s’agit pas de réprimer nos émotions mais de les réfréner, c’est à dire de pouvoir les exprimer dans le bon cadre, au bon moment, et de la bonne manière, et sans peur – à l’inverse de ce que fait une victime.

Pour parvenir à guérir de la maladie émotionnelle généralisée (comme la peau infectée), et qui est principalement liée au fait d’être habité par nos peurs, Don Miguel Ruiz suggère d’accéder au pardon. Pardonner tous les acteurs de notre vie qui nous ont rendu victime (en fonction de nos croyances) Et au final se pardonner soi-même pour commencer à s’accepter et à s’aimer. Le pardon agit telle une cicatrisation. Ce qui est pardonné ne nous affecte plus, ne réveille plus les émotions négatives.

41embbxkp0l-_sx300_bo1204203200_

Lire la suite « L’état émotionnel négatif, un poison. »